feel good·Humoristique·Les chroniques de maya... et de Catya !

Réedition chronique : Minute, Papillon, de Aurélie Valognes

Résumé 

Rose, 36 ans, mère célibataire, est une femme dévouée qui a toujours fait passer les besoins des autres avant les siens. Après avoir perdu son père et son emploi, la jeune femme apprend que Baptiste, son fils unique de 18 ans, quitte la maison. Son monde s’effondre.
Cette ex-nounou d’enfer est alors contrainte d’accepter de travailler comme dame de compagnie pour une vieille dame riche et toquée, Colette, et son insupportable fille, la despotique Véronique.
Et si, contre toute attente, cette rencontre atypique allait changer sa vie ?

Mon avis

Aurélie Valognes nous emporte à nouveau dans son univers humoristique et feel-good ! Ses textes sont teintés de cette pointe d’humour et de légèreté ! Une vraie cure de bonheur.

L’auteure nous fait pleurer comme rigoler avec ses protagonistes très attachants ou détestables. Malgré son genre feel-good ( ou chik-lit ), j’ai trouvé qu’il y avait beaucoup de suspens notamment vers la fin où des histoires de famille s’entrechoquent et les personnes se vengent. Les titres de chapitres sont très bien trouvés car ce sont des expressions françaises plus ou moins marrantes.

J’ai bien aimé lorsqu’on pouvait voir ce que pensais Rose, surtout devant Véronique ou devant son fils. L’auteure a bien mis ses pensées en italique pour ne pas s’embrouiller ce qui est une très bonne idée.

Ce n’est pas forcément l’histoire qui m’a plu mais la façon dont elle est romancée et cette petite pointe d’humour qui apporte une touche de légèreté.

Plusieurs protagonistes mon beaucoup fait rire dont Véronique, Colette et Jessica, la belle-fille de Rose. Rose est un personnage attachant suppertitieuse, sensible et évidemment très gentille mais perdue dans ce monde qui la rejette.

Quand le malheur tombe sur Rose, 36 ans, avec la mort de son père, le déménagement iminent de sa soeur et confidente inséparable, la perte de son emploi et le départ de son fils, 18 ans, qui va s’installer avec sa petite copine à l’autre bout de la région parisienne, la femme décide se reprendre en main. Pas pour très longtemps ! Car lorsqu’elle est repérée par Véronique Lupin, femme riche et snobe, qui lui propose un emploi très bien payé de dame de compagnie pour sa mère, Colette, Rose n’hésite pas et fonce. Malheureusement, la jeune femme n’est pas bien tombée… Entre Véronique, qui ne lui laisse pas en placer une et Colette qui estime ne pas avoir besoin d’elle, la jeune femme va se retrouver dog-sitter de Pepette, chienne choyée par Véronique qui va jusqu’à lui servir du caviar et du fois gras au petit déjeuner et chercher un bon toiletteur à l’autre bout de Paris alors qu’il y en a dans la rue.

La chronique de Catya :

Pff… C’est bien la première fois de ma vie que je souhaitais être un chien … Pourquoi Pepette est mieux traîtée que moi alors que je suis plus intelligente, plus gentille, plus jolie et plus câline… le monde est injuste.

Notre appréciation finale :

image002

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s