Les chroniques de maya... et de Catya !·Non classé

Les chroniques de Maya… et de Catya : Marie et Bronia de Natacha Henry

de Natacha Henry, aux éditions albin Michel Jeunesse, 330 pages, à partir de 12 ans

Salut !

Aujourd’hui, je vous fais découvrir un livre qui m’a beaucoup ému. Catya a ajouté son petit grain de sel à la fin de la chronique !

Résumé 

Marie Curie et Bronia Dluska seraient-elles entrées dans l’histoire si elles n’avaient pas été soeurs ?

Varsovie, fin du XIXe siècle. Marie et Bronia, deux soeurs vivant dans une Pologne asservie par la Russie, n’ont qu’une obsession : aller à l’université. Marie rêve de devenir chimiste, et Bronia, médecin. Malheureusement, l’occupant russe interdit aux femmes de faire des études. C’est compter sans l’esprit de rébellion des deux jeunes filles… Un soir d’automne, à la lueur d’une lampe à pétrole, les deux soeurs décident de sceller un pacte incroyable, qui les mènera jusqu’aux portes de la Sorbonne, à Paris…

Mon avis 

On m’a offert ce livre pour l’anniversaire de mes dix ans et il m’avait tout de suite frappé en étant émouvant et très intéressant. Je l’ai relu il y a deux semaines grâce au Throwback Thursday Livresque sur le thème de l’Europe et il m’a paru tout de suite comme un vrai coup de coeur. Entre rires et pleurs, Marie et Bronia nous entraîne dans la Pologne du 19ème siècle, la Sorbonne habitée par les hommes et l’effervescence des nouvelles découvertes…

On parle très souvent de Marie Curie, la première femme à avoir eu le prix Nobel, qui a découvert le polonium et le radium qui sont maintenant de grandes utilité pour soigner le cancer… mais savez-vous que sans sa soeur, Marie Curie ne serait pas devenue Marie Curie ? En effet, c’est grâce à un pacte, scellé à la lumière d’une lampe à gaz, que les deux soeurs ont pris la route pour la Sorbonne tour à tour. Mais comment Marie et Bronia Sklodowski sont-elles devenues respectivement Marie et Curie et Bronia Dluska ? Par quels chemins sont-elles passées pour devenir ce qu’elles sont aujourd’hui à nos yeux ? Vous découvrirez la réponse à ces questions dans le roman…

– A cause d’une loi absurde, reprit Bronia sans même relever ce que venait de dire Marie, je serais obligée de renoncer à ce que je désire le plus au monde ? J’ai des capacités, j’ai une volonté de fer, et je n’ai pas le droit d’aller à l’université parce que c’est ce qu’ils ont décidé ?  » Mademoiselle ? dit en elle en imitant la voix de l’inspecteur russe qui les terrifiait quand elles étaient lycéennes. Vous êtes une fille ? Dommage, si vous étiez un garçon, on vous aurait pris à l’université. Pas de chance. Retournez à vos fourneaux. Du balais ! Circulez ! Dégagez ! Pas de filles chez nous ! 

Je vous avoue que ma gorge s’est nouée à plusieurs moments de l’histoire notamment à la mort de leur mère auquelle Marie porte une affection immense… Les descriptions de l’inégalité entre les hommes et les femmes de cette époque m’ont fait réaliser à quel point j’ai de la chance de pouvoir étudier. Marie et Bronia sont très complémentaires : quand l’une perd tout espoir de pouvoir étudier, l’autre la ramène à cette soif d’étudier et j’ai beaucoup aimé cette complicité.

La chronique de Catya, dans la tête d’une chatte lectrice :

Etant donné que je ne connaissais pas Marie Curie, j’ai été surprise de voir qu’il y a des humains aussi doués – n’est-ce pas Maya-qui-m’arrose-sans-faire-exprès-lorsque-je-fais-ma-sieste ! Mais les deux jeunes filles m’ont aussi émues car elles avaient très envie de se cloîtrer dans un très grand immeuble qui s’appelle la Sorbonne- qu’est-ce que je préfère rester à dormir en dessous de l’arbre ! Bon, j’ai promis à Maya d’arrêter de critiquer les humains et leurs manies insupportables comme rester devant un ordinateur alors que l’on peut carresser son gentil chat – allez les chats, je vous laisse exploser le compteur des commentaires sur ces manies d’humains !!!!!!

Notre appréciation finale 

Nous avons remarqué que Marie et Bronia sont deux personnages ayant une volonté de fer ! Le roman est émouvant et touchant. Le roman est issu de la réalité ce qui le rend très intéressant à notre goût. Je crois que Marie Curie et Bronia auraient été heureuses si elles avaient lu ce livre qui les décrits comme des femmes qui ne se laisseront pas abattre.

Notre note

image001

Une croquette d’or !

Ne ratez pas l’interview de l’auteure, Natacha Henry !

3 commentaires sur “Les chroniques de Maya… et de Catya : Marie et Bronia de Natacha Henry

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s